La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

En avril, découvre mai sur le fil

Posted by Van Breukelen sur 23 avril 2008

En 1968, je n’étais pas né. En 1978, je flirtais avec Sandra, la fille du concierge du collège où j’allais user mes fonds de pantalon plus tard. Ou était-ce Sarah ? En 1988, j’ai espéré du tréfond de mes hormones pubertaires en ébullition qu’on f’rait tout péter pour fêter ça. Mais c’étaient les années opulence et insouciance, je regardais Magnum et Miami Vice à la télé. En 1998, je me disais que ce serait la bonne: après des années de crise, on allait se saisir des pavés joliment plantés en rond autour des arbres et leurs crottes de chien adjacentes pour casser le système. Et donner du coup plus de plage aux chiens. En 2008, je suis devenu vieux. Et mai se fête en avril.

Pour moi, cela a commencé avec le blog de Pascal Décaillet, qui, grand style et fascinante culture, vitupère en cinq billets (qui sont autant de chroniques sur Lausanne FM) mai 1968, boursouflure de l’histoire n’ayant pas atteint le tiers du quart de la moitié du succès politique qu’elle espérait, insignifiante progression politique mais évolution hormonale et sexuelle certaine. Qu’on soit d’accord ou pas avec ses cinq billets dans lesquels Décaillet rue dans les barricades, que l’on s’étonne une fois de plus qu’une radio comme Lausanne FM ait le courage d’oser évoquer Mendès France, Georges Séguy et Guizot, entre deux sirops servis par Christophe Maé et Patrick Bruel, cela n’est pas tellement mon problème. Mon problème est l’épidémie de Parkinson médiatique que est déclenchée par les 40 ans de mai 68.

Le premier billet de Pascal Décaillet date du 31 mars 2008. Et depuis, voire déjà avant, tombent sur le fil de tous les médias les célébrations des quarante ans de mai 68 (déjà 189 articles sur le sujet en un mois en Suisse pour ne prendre que la presse écrite traditionnelle). Tous moutons? Mais mai, bêle-t-on, mai en avril, c’est comme un cadeau de Noël qu’on ouvre à la Saint-Armand! C’est aussi étrange et ridicule qu’un lapin de Pâques en janvier dans les allées d’un supermarché. Pardon, mauvais exemple.

Certes, j’admets que mai 68 n’est que l’aboutissement d’un processus qui avait démarré le 22 mars 1968. Cela peut justifier la hâte sur la base d’un prétexte aussi habile que fragile. Mais je n’ai pas le souvenir d’avoir vu cette précipitation en 1998. Cela me paraît inexplicable, même si, travaillant dans les médias, je sais qu’un petit coup rapide est toujours apprécié. Un coup, bande de soixante-huitards libidineux, désigne en matière journalistique une information qui pourrait être publiée avant les autres qui en sont dès lors fort marris. De là à commémorer mai 68 en avril, cela me semble déflorer l’intérêt du sujet avant l’heure.

Que nous réserve alors mai? , me dis-je du coup en écrivant ce billet en avril. Est-ce vraiment une tendance inéluctable de la sphère médiatique de ne pouvoir réfréner la pulsion de publier avant les autres, même quand cela en devient ridicule?, me questionné-je. Ou est-ce la preuve évidente du dérèglement des saisons? Dans ce dernier cas, je ne sais pas pour vous, mais pour moi, c’est plutôt février en avril qu’on a joué cette année.

Herman van Breukelen

Publicités

3 Réponses to “En avril, découvre mai sur le fil”

  1. blongo said

    Tout à fait d’accord. C’est un peu comme quand les boules de Noël se vendent en magasin déjà en septembre ou qu’on peut acheter des maillots de bains à fleurs aux premiers frimas de février.

  2. patoudoux said

    Le pire dans tout ça, c’est qu’avec cette tendance, on parle parfois d’un événement plusieurs jours avant qu’il n’a lieu, et le jour-J on n’en parle plus. Vous avez dit incohérence? Non, j’ai dit concurrence médiatique…

  3. Coquelicot said

    Ce n’est pas que médiatique, les amis !
    Ce « Mai 68 – le retour » que l’on nous joue actuellement est certes par moments rigolo mais, si on n’en parla point en 1998, c’est que la situation concrète n’était pas la même.

    Aujourd’hui, nous avons Sarko 1er descendant du Roi Pétaud qui remet en cause tous les acquis sociaux en y ajoutant sa frénésiue médiatique qui indispose même ses soutiens bourgeois.

    N’en riez pas trop ; un Mai 2008 est tout à fait possible tant le rejet de la classe politique est profond et tant les issues démocratiques semblent bouchées.

    Voir à ce sujet :SARKOSY : Du BLING BLING au SNIF SNIF !!
    Avril 25, 2008 at 6:26 | In Citoyenneté, Politique, Société, Sur Sarkozy | No Comments | Edit this post
    Tags: SARKOSY : Du BLING BLING au SNIF SNIF !!
    Sur http://dutron.wordpress.com/
    Guy Dutron

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :