La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

Scène(s) extraordinaire(s) du train-train quotidien

Posted by patoudoux sur 18 mai 2008

Ceci n\'est pas un train à deux étagesVoyager en transports publics vous offre souvent des scènes gratinées. J’en fus témoin il y a quelques jours. Récit.

Comme de nombreux homo sapiens pendulari, par un beau jour de printemps, je monte dans le train direct à deux étages Genève-Lausanne, prompt à m’assoupir dès les premiers bercements de la voiture. Mais mon sommeil est très vite perturbé par les hululements du contrôleur. Motif ? Cinq hurluberlus, au wagon-restaurant voisin, qui refusent de payer leur titre de transport. Ni une ni deux, notre vaillant chef de train se fait menaçant et en appelle à la police ferroviaire, prête à interpeller les malfrats à l’arrivée du train à Lausanne. «Des étudiants géorgiens avec un permis L», clame le contrôleur dans son téléphone portable.Jusque-là, rien de bien extraordinaire. Les resquilleurs, c’est monnaie courante. Quoiqu’on puisse se demander quel est l’intérêt de cinq étudiants géorgiens à ne pas payer leur billet, si ce n’est pour avoir des ennuis avec la police et risquer un renvoi.

La scène prend toutefois une tournure inédite lorsque les cinq impertinents commencent à tourner comme des lions en cage, portable à l’oreille, s’exprimant dans une langue qui m’est incompréhensible. Mais que se trame-t-il? Les mecs se sont payé un café, mais refusent de s’acquitter de leur titre de transport. Le contrôleur s’en plaint à qui veut l’entendre et obtient – of course – l’approbation de tous les voyageurs témoins de la scène. Bizarre…
Ceci n\'est pas moi, mais ça aurait pu!

Alors que lesdits voyageurs suivent non sans intérêt les tergiversations de nos cinq Géorgiens – changement de wagon, détour aux toilettes, retour, etc… -, s’adonnant même à la délation – « il s’est rendu à l’étage inférieur, je l’ai vu !» pour aider un contrôleur un peu dépassé par la situation, alors que l’homme au minibar – un Sri-Lankais – passe impassible son chemin, alors qu’une Française, visiblement mal renseignée, demande à sa voisine de compartiment si Lausanne se trouve bien en France, je commence à me dire que la scène prend des allures surnaturelles. A tel point que mon imagination me joue des tours. Je me fais alors un film aux contours paranoïaques: et si la clique de Géorgiens n’avait rien d’une bande d’étudiants, mais plutôt d’un gang de truands armés jusqu’aux dents, prêts à faire sauter le train? Ridicule… Faut que j’arrête de suivre les exploits de Jack Bauer, saison 6. Ridicule…vraiment? Y a pourtant des mecs, dans cette belle Autriche qui est notre voisine, qui butent toute leur famille à la hache! Y en a d’autres qui séquestrent leur fille durant 24 ans, la violant sans vergogne…

En fait, ce que je crains le plus, c’est que la scène dégénère au moment de l’intervention policière à Lausanne. Ce qui, après un suspense intenable de plus de trente minutes, n’arrivera finalement pas. Trois flics en civil – dont l’un camouflé dans un short et une chemise à fleurs, si si – interceptent les cinq lascars, qui n’opposent aucune résistance. Du moins à ma connaissance, car contrairement à d’autres, je ne joue pas les curieux et poursuis mon chemin sans jamais connaître le fin mot de l’histoire. Et avec une question suspendue dans ma tête: certes, la terre est ronde – merci Galilée -, mais est-ce qu’elle tourne vraiment rond?

Patoudoux

Publicités

Une Réponse to “Scène(s) extraordinaire(s) du train-train quotidien”

  1. blongo said

    Franchement, le train à l’heure de pointe est le plus sûr moyen de devenir un tueur en série. Et le bus ou le métro aussi, bref tous les transports dans lesquels on respire l’aisselle du voisin et où on a l’impression d’être au sauna sans maillot de bain. J’aurais aussi envie de me munir d’une hache contre le gueux qui hurle dans son natel ou la nymphette qui raconte sa dernière expérience amoureuse à tout le wagno. Vive les transports en commun et vive les haches! Mais on doit bien cela à l’environnement…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :