La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

Deux drapeaux qui ont marqué l’Euro

Posted by Van Breukelen sur 18 juin 2008

Les derniers billets de la culotte ont résolument plongé leurs racines dans le sport. Roland-Garros puis Euro 2008 en Suisse obligent. Van Breukelen s’est dit alors que nos lecteurs peu sportifs dans l’âme allaient peut-être se détourner de notre blog si joyeusement éclectique et décalé. Donc, pour battre en brèche la tristement commune opinion selon laquelle sport et culture ne font pas bon ménage, j’ai décidé de vous parler de cette fabuleuse finale dont nous rêvons tous: Portugal contre Pays-Bas, les deux meilleures équipes de cet Euro quoique la Croatie ne soit pas loin derrière. Encore du sport ? Que nenni. Alors que Genève est bariolée de rouge et de vert, que les rues semblent chanter sans cesse « Pourtougal !! » et que Berne se noie dans une marée « oranje », je me suis dit comme on se fait parfois des interrogations à la con: mais qu’est-ce que c’est que ce drapeau portugais si complexe ? Et pourquoi l’orange si le drapeau néerlandais est bleu blanc rouge ? Donc, en digne héritier du professeur Burp, je m’en vais vous narrer les dessous de l’Histoire par un petit cours de vexillologie.

Le drapeau portugais, explique ce site, est au deux-cinquièmes vert et trois-cinquièmes écarlate. Le vert n’est pas très clair. Et quand je dis clair, je ne parle pas de couleur, mais des raisons du choix sans lien historique évident. On suppose que c’est parce que la révolte républicaine de Porto en janvier 1891, dont le drapeau arborait cette couleur est un motif. Le rouge est un choix symbolique: vivacité,  énergie, sang versé. Bon. L’espèce d’armature en rotin (cela me fait penser à du rotin tressé je n’y peux rien) que l’on trouve derrière l’écusson est en fait la sphère armillaire représentant les voyages des grands découvreurs. Les 7 châteaux dorés représentent des places fortes reprises aux Maures au XIIIe siècle: symbole de l’indépendance. Enfin, les écussons bleus aux points blancs dans l’écusson central représenterait soit les cinq blessures du premier roi du Portugal, soit les 5 plaies du Christ. Le drapeau fut adopté en 1911. Et voilà une leçon d’histoire que vous pourrez ressortir à vos amis entre deux poignées de bière et quelques gorgées de chips. Vous aurez sans doute droit à un « mais ta gueule, on s’en fout, mate plutôt Ronaldo », mais vous aurez au moins essayé d’en placer une.

Pour les Pays-Bas, vous ne serez pas surpris si l’orange vient de la famille du prince d’Orange qui s’est révolté contre Philippe II d’Espagne. Les couleurs de la famille Orange sont le bleu, le blanc et … l’orange. Or, l’orange étant peu visible en mer, il est probable que la couleur du drapeau ait été remplacée par une bande rouge plus voyante au fil du temps. D’où le bleu, blanc et rouge de l’équipe « oranje »… Et voilà un mystère insondable qui s’éclaircit brutalement.

C’est donc la fin de cette petite causerie qui me permet, avec désormais une caution culturelle, de revenir à l’essentiel: Allez les « oranje », dignes héritiers du Van Breukelen dont j’ai piqué le nom mais pas la nationalité.

Van Breukelen

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :