La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

Jeux Olympiques ou Freak show ?

Posted by Van Breukelen sur 25 août 2008

Jia Tong et Chen Ruolin, 30 kilos

Jia Tong et Chen Ruolin, 30 kilos

Les JO de Pékin, trustés par les médailles d’or chinoises, sont clos. La Chine a montré sa puissance sur toute la ligne – par le triomphe des athlètes, par l’arrivée d’un Sarkozy penaud qui a refilé le Dalaï-lama à sa femme (notez, qu’il avait aussi laissé Cécilia avec les infirmières bulgares pour s’occuper en toute pompe de Kadhafi: on ne change pas une stratégie qui gagne) et par le silence total sur le Tibet dans les médias, qui ne se gargarisent plus que de sport. Après cette triomphale opération de propagande, je déclare la trêve olympique terminée et ferai un petit retour critique sur les Jeux, une fois que les effets de l’émotion collective se sont dissipés. L’enchantement de Blongo côté pile trouvera, côté face, le regard désenchanté de Van Breukelen, lequel a Oscar Wilde de son côté: « le cynisme consiste à voir les choses telles qu’elles sont et non comme elles devraient être ».

J’ai eu l’occasion de regarder les épreuves de plongeon féminin. C’est spectaculaire le plongeon, c’est assez rare à la télé, le plongeon, c’est donc amusant à voir, le plongeon? Eh bien non, c’est carrément flippant. La gagnante, Chen Ruolin, a 16 ans (selon toute vraisemblance), mesure 142 cm et pèse 30 kilos. La troisième est Wang Xin, 140 cm et 28 kilos. 28 kilos ! Évidemment, avec ce poids, on fait peu de vagues en entrant dans l’eau, aurait dit Isaac Newton.

Je me demande si on ne doit pas enquêter sur l’âge de ces filles. Après tout, He Kexin, la gymnaste de 14 ans dont le passeport indique 16 printemps (cf. le nombre de sources et d’enquêtes journalistiques qui tendent à prouver le fait) mesure aussi 1 mètre 42.

Par ailleurs, on sait depuis longtemps le terrible entraînement infligé aux jeunes sportifs chinois. Pour rappel: visionnez cet éloquent reportage. Repas contrôlés, croissance contrôlée. Et enfance brisée.

Non que je veuille tirer à boulets rouges sur les Chinois en particulier. Ce n’est pas mieux ailleurs: la Russie a retenu pas mal d’athlètes avant Pékin (dopage trop décelable?). Mais regardez encore les vieux records d’athlétisme féminin : sur 100 mètres et 200 mètres, Florence Griffiths-Joyner tient encore debout  – si j’ose dire -, elle qui avait avoué à demi-mot être dopée à cause de l’enjeu majeur pour les athlètes américains des années 1980: battre la RDA communiste. Eh oui, souvenez-vous de l’armada est-allemande en natation ou en athlétisme. Marita Koch tient encore le record du 400 mètres (en 1985) ! En 1993, deux athlètes chinoises battaient le record du monde du 1500 et du 3000 mètres, qui tiennent toujours – toutes deux dopées à la tortue… Et, dans les mêmes années, le sprint américain a fait fort en renvoyant Maurice Greene, Tim Montgomery, Justin Gatlin et Marion Jones dans les oubliettes de l’histoire du sport. Derrière le sport, des enjeux d’Etat, de démonstration de puissance, une question d’image. Depuis longtemps et pour longtemps encore.

Les JO, forte concurrence de ce freak show de Coney Island

Les JO, forte concurrence de ce freak show de Coney Island ?

Alors que dans le milieu de la mode ou des concours pour les Miss, on commence à faire l’impasse sur les anorexiques – quoique -, dans celui des Jeux (et en quoi cela reste-t-il un jeu?), on les accueille avec une médaille. Dopages, tricherie, sélection  à la limite de l’eugénisme et entraînement peu éthique sinon inhumain font de ces athlètes des freaks. Car c’est bien à cela que l’on est revenu. Femmes à barbe, Elephant Man, Tom Pouce : c’est du Barnum. On récompense aujourd’hui des filles dont la croissance a été volontairement ralentie, des hommes bourrés jusqu’à la gueule d’hormones injectées, des chevaux drogués, des enfants qu’on plie à l’intérêt de l’Etat. L’homme – voire le cheval – a ses limites que le sport olympique ne connaît pas.

Et Usain Bolt me direz-vous? Un freak dans son genre, avec des caractéristiques physiologiques rarissimes (2 m 40 de foulée…), et des records bien trop explosés pour que je croie pleinement au seul don de Mère nature. C’est d’ailleurs révélateur que lorsqu’on parle de lui, on voit apparaître à tout bout de champ des « je veux croire »: Blongo déjà cité, ce forum, Marie-José Pérec dans « Le Temps »

Barnum présentait « The Greatest Show on Earth ». Mais c’était avant Pierre de Coubertin.

Van Breukelen

  • crédits photo  : english.peopledaily.com.cn et lornagrl sur Creative Commons
Publicités

2 Réponses to “Jeux Olympiques ou Freak show ?”

  1. Beulemans said

    Beulemans il sait pas tout savoir et pas tout suivre non plus : est un peu trop stressé par la fermentation de sa bière alors que c’est bientôt lui qui fermentera dans une bière sans mousse et qu’il n’aura plus l’occasion de s’intéresser à ces conneries olympiques. Donc il n’a pas suivi les épreuves de sport de matelas. Si c’est aussi avec des hormones qu’on gagne à ce sport là, alors Beulemans, dépité, retournera à ses problèmes de fermentation…

  2. Coquelicot said

    A propos de fermentation, cher Beulemans de la brasserie du même nom, j’ai en ce moment le bulbe qui fermente itou ! Et les bières ingurgitées durant ces 5 jours n’y sont pour rien.

    Je reviens de 5 jours passés dans mon village natal – presque enclavé dans la Belgique hennuyère – et aussi dans de 2 jours passés dans cette Belgique du même nom….comme ta brasserie !!

    Je suis allé faire la fête avec des copains du côté d’Enghien, (Edingen pour les flamingants). C’est dans ce contexte que j’ai traversé moult cambrousses du côté de Soignies – Enghien – Steenkerque – et coetera !!

    Si tu avais vu comme moi les culs rebondis des bœufs qui peuplent ces pâtures, tu te serais dit, comme moi toujours, que ces fessiers ne doivent pas tout à la génétique ni à la sélection naturelle et encore moins à je ne sais quelle musculation rurale.

    Chez moi, c’est pareil, les culs de « Belle bleue du Nord » race jumelle de la « Blanc-bleu Belge » sont tout aussi proéminents ; ce qui tendrai à me faire penser que ces « blanc-bleu » ne sont pas si « blanc-Bleu » que ça !!

    Je n’irai pas jusqu’à affirmer qu’il y eût du « Pot belge » la-dessous … là dessous, non ! Mais, dedans, très certainement !

    Il me revient à l’esprit une conclusion définitive de ce cher Julos Beaucarne dans l’un de ses tous premiers disques nommé « Le Front de Libération des arbres fruitiers » !!

    Julos y dit texto, à propos des « poules mises au travail à la chaîne et qui pondent comme des mitrailleuses » : « Rien de ce qui fait l’aliénation humaine de sera épargné aux animaux de basse-cour » … pas mal vu, non ?

    Ha, misère !! Vite une Chimay blanche pour oublier ces visions de cauchemar !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :