La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

Devenez journaliste en allant au supermarché

Posted by dragon buté sur 8 décembre 2008

Un tour chez Lidl et vous êtes journaliste!

Un tour chez Lidl et vous êtes journaliste!

En Allemagne, le journal qui se vend le mieux est le « Bild ». Il n’y a qu’à réfléchir à son titre pour se rendre compte que le « Bild » n’est pas une référence en matière journalistique (et accessoirement d’aller sur son site, ça est tout un poème).

Pour comparer, nous les Suisses, nous avons notre « Bild », il s’appelle le « Blick ».  La ressemblance graphique est d’ailleurs assez marquante entre les deux sites et entre les deux mises en page. Pour résumer, disons que le « Bild » est plus porté sur l’image que sur le contenu et que plus l’image représente une naïade à poils, mieux c’est.

 Très marqué par des années de service public, votre Dragon buté est souvent effarouché par de telles publications. Reste qu’elles sont très lues et que cela doit nous ramener à une certaine modestie. Mais lorsque le « Bild »  se met à faire des propositions affligeantes, qui vont qui plus est modifier le métier de journaliste tout entier, le Dragon crache ses flammes vengeresses.

Ce très cher « Bild » a en effet mis en route le projet de faire de chaque Allemand un reporter d’images. Il a trouvé un accord avec le distributeur Lidl (mon préféré, parmi les distributeurs) pour que le hard-discounter vende à très bas prix un appareil photo numérique. Ainsi, chaque client pourra l’acquérir, prendre les photos qu’il voudra et surtout, les envoyer à la rédaction de ce charmant « Bild » pour qu’elles soient publiées.

Vous me direz, oui, et alors? Le « Bild » explique qu’il n’a pas les moyens d’envoyer de vrais journalistes ou photographes sur les lieux de chaque événement. Avec son projet, le journal recevra gratuitement des milliers d’images qu’il n’aurait jamais pu se procurer autrement. « Nous considérons que c’est une avancée pour le journalisme », ont-ils le culot de dire. Comble de l’ironie, le porte-parole du quotidien de boulevard dit ne pas « exclure » que certaines photographies soient payées à leurs auteurs, mais seulement « les meilleures », qu’il dit.

Bien sûr, les images envoyées seront traitées par des professionnels avant d’être mises à l’antenne ou publiées. Mais jusqu’à quand? Lorsque le « Bild » réceptionnera des milliers de fichiers quotidiennement, combien de temps tiendra-t-il à tout vérifier?

Et hop, on est tous des pros...

Et hop, on est tous des pros...

Je vois dans ce projet un grand nombre de risques. Premièrement, cela engendrera une baisse du niveau du journalisme en général (et si l’on en croit le public, le niveau est déjà très très bas) en faisant « entrer dans le métier » tous les citoyens sachant appuyer sur un bouton. Nous autres journalistes, nous bénéficions de cours sur les images, sur l’éthique, sur l’objectivité et j’en passe. Cela ne fait pas de nous des professionnels parfaits, mais ces formations ont le mérite de nous faire réfléchir sur nos pratiques. Car, contrairement à ce que pourrait laisser croire le projet du « Bild », diffuser des informations n’est pas un geste anodin. Cela engendre des responsabilités. Quelles traces de ces questionnements trouvera-t-on chez le photographe made in Lidl?

Ensuite, cela pourrait provoquer une course au sensationnel démente engagée par chaque quidam. Car ce que veut le « Bild », ce sont des photos marquantes, des images de stars en difficulté, de manifestants bagarreurs,… Arrivera certainement un jour où lorsque vous aurez un accident de voiture, les autres automobilistes s’arrêteront non pour vous prêter secours, mais pour prendre en photo votre voiture détruite.

Enfin, et c’est ce qui me semble le plus grave, l’idée du « citoyen-journaliste » injecte un flou immense dans l’image que se fait le public de la profession. Nos lecteurs/auditeurs/spectateurs nous prennent déjà pour des falsificateurs,  qu’est-ce que ce sera lorsque tout un chacun sera publié dans les « vrais quotidiens »? Comment fera le public pour différencier un travail professionnel d’un amateur? Le peu d’estime qu’il a en notre travail se trouvera à coup sûr encore diminué.

Voilà les risques.  Et ne croyez pas que le « Bild » innove avec ce projet. La tendance est déjà en marche. Le quotidien allemand va juste un peu plus loin et un peu plus vite que les autres.

Dragon buté

Crédits photo: Duncan et sskennel sur Flickr.

Publicités

Une Réponse to “Devenez journaliste en allant au supermarché”

  1. Ann said

    J’aime quand Dragon s’énerve pour de nobles causes…de un parce qu’il est très sexy et de deux parce que « nom de nom de nom de bleu » y’en a ras-le-bol du fait divers ! …et c’est une puff qui le dit !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :