La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

La bouffe de destruction massive

Posted by Van Breukelen sur 12 décembre 2008

cheeseburger

Arme de destruction massive

Il paraît donc que l’Irak n’avait pas la queue d’une ailette de missile très très méchant. Rien. Malgré cela, il y avait quand même chez Saddam une envie de missile très très méchant. Et donc, il fallait extirper le mal avant même sa manifestation. Le raisonnement est peu convaincant. Il repose sur une définition des armes de destruction massive qui ne désigne que de machins très métalliques, lestés de poudres et autres fumigations toxiques et balancés au loin selon des règles ballistiques assez précises.

C’est là que l’administration Bush a eu tout faux: il fallait redéfinir ce que sont les armes de destruction massive. En septembre 2001, un canif et un avion faisaient une arme de destruction massive très acceptable. Et depuis, j’apprends que mon gel douche, certes d’un vert improbable, est considéré comme arme de destruction massive par la sécurité aéroportuaire. Même mon dentifrice mentholé est jeté à la poubelle quand bien même le garde suspicieux ne peut constater qu’en matière de substances dangereuses il ne contient qu’un peu de fluor. Et on connaît l’histoire de cet avion qui a failli être descendu par les forces canadiennes à cause d’une « canisse de jus de raisin » et d’une lime à ongles.

Le chien constitue lui aussi une arme de destruction massive, comme me le signale l’amicale internationale des facteurs unijambistes. Il est vrai qu’à Genève, on a obligé un temps le chihuahua de porter la muselière dans les parcs publics. Le potentiel de destruction est toutefois limité. Seuls quelques bébés ont fait l’objet d’une destruction intégrale. Et ce n’était pas par des chihuahuas.

L’arme la plus évidente, dont on commence enfin à mesurer l’ampleur, n’est ni mécanique ni cynocéphale et cache son redoutable potentiel agressif sous une apparente innocuité : je veux parler du cheeseburger. En début de ce mois, un gars de Vero Beach s’est fait arrêter et embastiller pour avoir, au cours d’une querelle avec sa copine, frappé à plusieurs reprises le visage de cette dernière à coups de ce sandwich moelleux à la viande et au fromage. Plof, plof, plof. Une semaine avant, en plein Thanksgiving, un type de l’Indiana a pris comme arme une tarte à la patate douce juste sortie du four. Et plaf. Et une semaine avant, un autre énervé a failli projeter sa voiture dans le décor en frappant à coups de sandwich sa femme au volant. Sprotch.

Ne sentez-vous pas sourdre en vous une sourde angoisse quant à la sournoise répétition des faits similaires ? Ce n’est pas de la destruction massive, me direz-vous. Aha. Et mais songez alors aux millions de cheeseburgers vendus chaque jour dans le monde et vous verrez tout cela d’un autre oeil.  Songez aux dégâts que pourrait faire une cohorte agressive d’enfants-soldats armés d’un Happy Meal en bandouillère ! On ne peut pas parler de destruction mais de coups et brûlures, direz-vous. Certes, dois-je concéder. Mais l’arme est à double tranchant. Outre son aspect contondant,  il contient aussi un solide poison. Pensez à l’ingestion de ces millions de cheeseburgers qui, humectés de cola, ravagent les estomacs: c’est peut-être pas massif ça, hein ?

Van Breukelen

Publicités

2 Réponses to “La bouffe de destruction massive”

  1. […] La bouffe de destruction massive « La culotte à l’envers […]

  2. Beulemans said

    Tout ça est vrai mais rien n’est plus massivement destructeur pour les tympans que le Bush à oreille…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :