La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

Défago et Gisin pour Albrecht

Posted by blongo sur 25 janvier 2009

Deux victoires pour Daniel Albrecht

Deux victoires en pensant à Daniel Albrecht

Kitzbühel, Wengen, Cortina, Altenmarkt, des temples du ski alpin. Défago-Gisin, des grands noms du ski! En deux semaines, Dominique Gisin, une jeune Obwaldienne de 23 ans, et Didier Défago, un jeune papa morginois de 31 ans, se sont imposés deux fois dans ces quatre étapes reines de la Coupe du monde. Des exploits retentissants qu’il convient de souligner à leur juste valeur.

Car un autre événement a autant mis en relief qu’obscurci ces deux doubles victoires. Un autre Helvète pour le moins prometteur, Daniel Albrecht, s’est complètement envolé sur le dernier saut lors de l’entraînement en vue de la descente de Kitzbühel. Violente chute. Perte de connaissance. Hémorragie cérébrale, poumons touchés, coma. On en frissonne. Tout s’effondre, plus rien n’a d’importance, même les victoires et les défaites. En l’espace d’un dixième de seconde, tout bascule, un solide espoir perd tout ou presque à 25 ans seulement. On relativise tout le reste, on rend hommage, on craint, on espère.

Et on se rend compte des risques énormes que prennent tous ces skieurs. Dévaler une pente à 150 km/h ne permet pas la moindre erreur. Pour le spectacle, pour les TV et pour la gloire, tous acceptent de prendre ces risques pour leur santé et pour leur vie. Le pari est risqué, mais tous en sont conscients. Un léger écart ou une mauvaise trace et c’est la catastrophe. Si les accidents graves sont heureusement rares, ils existent. Cela peut tomber sur n’importe qui, c’est une sorte de roulette russe de la glisse. On se souvient de Régine Cavagnoud, de Ulrike Maier, de Silvano Beltrametti, de Mathias Lanzinger, de Scott Macartney. Tous des victimes du ski. Des victimes du ski-spectacle. Mais des victimes conscientes.

On se rend aussi compte de la force de caractère de tous ces skieurs, et on admire. On admire la force de caractère de Beltrametti, qui apparaît toujours aussi positif malgré son invalidité forcée après une chute à Val d’Isère. On admire Macartney, qui reprend sa carrière même pas un an après avoir été secoué de convulsions dans l’aire d’arrivée de Kitzbühel. On respecte le fait qu’Hermann Maier ait un jour remis ses skis après son envolée monumentale lors des JO de Nagano. On tremble devant ces papas et ces mamans qui acceptent encore de concourir sous les yeux de leurs enfants.

Le jour de gloire de Didier Défago

Le jour de gloire de Didier Défago

On applaudit en même temps que l’on s’étonne devant cette capacité à continuer à tout risquer alors qu’un ami est inconscient sur un lit d’hôpital. On comprend Carlo Janka et Marc Gini, qui deviennent fébriles dans le portillon de départ. On souffre avec ce même Janka, qui perd complètement ses moyens à l’approche de la bosse fatidique. Et on exulte devant cette capacité de Didier Défago de vaincre sa peur et celle de sa famille pour lever les bras dans la station autrichienne. Le Valaisan a réussi à oublier l’accident d’Albrecht et à franchi cette terrible bosse en conquérant. Pour lui, pour sa carrière, pour ce tournant dans sa vie. Et aussi pour Dani, qui n’aimerait pas voir ses copains baisser les bras.

On aime le panache de Dominique Gisin, qui a aussi passé de longues heures sur un lit d’hôpital, certes pas dans un coma provoqué, mais avec un genou en compote après des chutes tout aussi marquantes. Par cinq ou six fois, ce même genou a lâché à seulement 23 ans. Par cinq ou six fois, la tête aurait tout aussi bien pu être touchée. Mais non, et Gisin a travaillé et travaillé pour revenir et gagner, enfin. Et ranger loin dans sa mémoire ses stages forcés à l’hôpital et ces longues séances de rééducation.

Dominique Gisin et Didier Défago, des parcours qui laissent tous les espoirs intacts, des parcours que l’on souhaite à Daniel Albrecht.

blongo, qui a revu quelques chutes terribles, pour respecter encore plus ces grands champions

La terrible chute de Daniel Albrecht:

L’envolée d’Hermann Maier à Nagano:

Les dramatiques images de Scott Macarney à Kitzbühel:

La chute de Mathias Lanzinger à Kvitfjell:

Le décès d’Ulrike Maier:

Crédits photos: didierdefago.ch

Publicités

Une Réponse to “Défago et Gisin pour Albrecht”

  1. […] terrible chute de Daniel Albrecht à Kitzbühel, le Grison a su relever la tête, se reconcentrer et se surpasser pour son pote toujours cloué sur un lit du côté d’Innsbruck. Une étonnante 3e place en descente et une explosion en géant, devant un Beni Raich tout dépité de voir ce blanc-bec le devancer. A 22 ans et alors que personne ou presque ne le connaissait vraiment en début de saison. Un peu de chauvinisme, ça fait du bien, parfois! […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :