La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

Ten Years After, forty years after

Posted by Van Breukelen sur 27 janvier 2009

tyalogoIl y a peu de temps, j’évoquais un sujet BD et m’inquiétais du niveau en général de plus en plus désastreux des héros qu’on a aimés à mesure de leur évolution ou de leur reprise par d’autres. Allant le 16 janvier en Suisse alémanique pour écouter un concert des Ten Years After, je me suis dit que l’on pouvait transposer le débat à la musique rock. Celle des années 68-78, c’est-à-dire les seules années qui comptent pour parler un peu sérieusement de rock non mais sans blague, c’est-à-dire une musique dans laquelle taper sur une batterie ne se réduisait pas encore à appuyer sur un bouton.

Parlons donc un peu des papys ou des dinosaures du rock selon les aimables clichés de la presse lorsque les gloires des années rock reviennent sur scène. Généralement, les médias entonnent aussi le couplet du fric et du tiroir-caisse lors de la reprise de quelques riffs célèbres après un break – les groupes de musique appellent cela de plus en plus un hiatus – de quelques années. C’est hélas une réalité, mais pour certains, le plaisir de jouer semble compter aussi beaucoup. Et j’aurai tendance à être plus indulgent que dans le cas de la bande dessinée.

Or donc,  certains groupes ont résisté au temps : ZZ Top n’a pas changé depuis 1970, y compris la barbe dans laquelle on doit retrouver quelques stigmates d’origine si on les date au carbone 14; Les Rolling Stones roulent toujours, avec l’improbable Watts derrière les fûts. Mais ce sont là des exceptions. La plupart des grands groupes n’échappent pas aux désaffections. Et l’antienne revient toujours : PInk Floyd est-il encore le Floyd sans Waters ? Genesis sans Peter Gabriel, Genesis sans Phil Collins même ? Et les Yardbirds sans Beck, ni Clapton, ni Page ? Supertramp sans Hodgson ? Deep Purple sans Blackmore ? Ten Years After sans Alvin Lee ?

A chacun sa réponse. Pour Ten Years Ater, la mienne est claire : oui, TYA est encore TYA sans Alvin Lee. Le groupe est propulsé au rang de superstar grâce à Woodstock et une hallucinante (et probablement hallucinée) version très speed de « I’m Going Home ». Souvenez-vous :

40 ans après Woodstock, Ten Years After tourne encore. Dans des salles plus modestes et en compagnie de quelques aficionados. Lors du concert auquel j’ai assisté, j’ai vu plusieurs gars de 70-80 ans se trémousser comme au temps de leur jeunesse. Il faut dire qu’ils sont à peine plus âgés que les trois membres survivants du groupe. Il était à vrai dire assez émouvant de voir le bassiste Leo Lyons se déchaîner sur ses cordes en ne cessant de sourire toute la soirée (joli dentier Leo).

Mais il faut bien dire que la performance est impeccable. Et la recrue dénichée pour remplacer Alvin Lee, même si elle déchaîne les critiques des fanatiques (« TYA n’est plus TYA sans Alvin Lee » est un commentaire récurrent sur les vidéos de You Tube) est sacrément douée. Joe Gooch joue tout aussi rapidement et habilement que son prédécesseur et a une bonne voix. Ce concert était fantastique si on aime la guitare. Ecoutez plutôt quelques perles : « I’d Love to Change the World », « 50’000 Miles Beneath my Brain », et le classique « Love like a Man ». Ils reviennent en Suisse à Dietikon le 2 octobre. J’offre le voyage à quiconque veut m’accompagner…

Publicités

3 Réponses to “Ten Years After, forty years after”

  1. Beulemans said

    Wâouwww! Beulemans qui en est resté à l’ère de Vincent Scotto needs a good translation ! oh yeah

  2. jmmissri said

    Ten Years After est sans doute un des meilleurs groupes de Rock. Joe Gooch est un fantastique guitariste qui remplace superbement Alvin Lee. Il a cependant trop tendance à voler la vedette aux trois membres originaux.
    Tu peux voir quelques images que j’ai fait d’eux il y a deux ans sur mon blog http://jmmissri.wordpress.com
    J’en mettrai d’autres dans un prochain post.

    • Van Breukelen said

      Merci jmmissri pour ce commentaire que j’approuve entièrement. Quand j’ai assisté à ce concert, il y avait toutefois de sacré fans de Leo Lyons qui n’avaient d’yeux que pour lui… Superbes photos sur ton site !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :