La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

Une saleté de journée qui aurait pu être si belle

Posted by blongo sur 1 février 2009

Il y a des jours qui inspirent cela...

Il y a des jours qui inspirent cela...

Si je vous dis « Melbourne », « Bâle », « Majorque », « petite balle jaune » et « sacré bordel de merde », que me répondez-vous? Pas d’idée? Je rajoute « larmes » et « bon sang de bon sang de sacré bordel de merde ». Vous avez trouvé? Eh bien, voici la réponse: il s’agit de la grande difficulté de trouver une destination de rêve pour les vacances! J’en vois deux-trois qui font la moue derrière leur écran. Vous pensiez à autre chose? Et bien, vous avez tort. Ces mots n’ont aucune autre signification. Aucune, absolument aucune. Et s’il y en a un qui émet encore une remarque, j’envoie un tueur à gages. Non, mais ils ne vont pas encore m’énerver davantage, ceux-là, déjà que c’est mal embarqué.

Bref, en ce beau jour hivernal, il n’y avait rien à la TV, mais alors vraiment rien, mais absolument rien du tout à regarder. Rien de divertissant et d’amusant en tous cas. J’ai tenté de choisir un lieu de villégiature pour d’heureuses vacances. Allez savoir pourquoi, j’ai tout d’abord pensé à Melbourne. Mais pour une sombre raison, je me suis ensuite convaincu que cette destination était complètement pourrie, qu’elle sentait le dégoût de la vie et qu’on devrait même la rayer de la carte. Ils sont bien gentils, ces Australiens, mais s’ils n’y mettent pas un peu du leur en portant les Suisses vers le succès, on ne va quand même pas aller leur rendre visite.

Alors pourquoi pas Bâle? Mais en pensant à cette belle cité rhénane, c’est un affreux spleen qui s’est emparé de moi, un vague à l’âme terrible, une impression d’être toujours à la recherche d’une impossible victoire. Non, Bâle, ce n’est pas bon pour le moral actuellement. Cela donne plutôt envie de s’enterrer vivant, tellement cette ville donne une impression de multiples occasions manquées.

Allant plus loin dans ma réflexion, j’ai pensé à l’Espagne, la paella et les jolies plages. Bonne idée, cela. Pourquoi pas Majorque, une petite île paisible, me dis-je. Mais là, pour une raison que je ne saisis toujours pas, je suis tombé dans les pommes. Mon coma a duré plusieurs minutes et quand je suis revenu à moi, j’avais la vague impression d’avoir été écrasé par un rouleau compresseur. Nada, nada, je ne regrette nada, mais je vais abandonner l’idée de Majorque.

et ça aussi...
et ça aussi…

Découragé, j’ai commencé à jouer à la baballe avec mon chien, que j’ai prénommé Chelem parce qu’il est plutôt grand. J’ai pris la jaune, parce que c’est sa couleur préférée, et je l’ai lancée, mais ce con de Chelem l’a ratée comme il en a pris l’habitude depuis quelques années. Sacré bordel de merde, j’ai cassé le splendide saladier que j’utilise pour ranger mes fruits. Je vais devoir utiliser un vulgaire plateau en argent tout moche, désormais. J’ai quand même dû verser une larme en voyant ce spectacle désolant. Quel stupide animal, ce grand Chelem de tout gâcher dès le mois de janvier!

Bon sang de bon sang de sacré bordel de merde, c’est tout ce que m’inspire cette journée de merde. Et j’ai pourtant eu de multiples raisons d’espérer, d’entrevoir un retournement de situation. Et patatras! Dire qu’elle aurait pu être belle, ensoleillée, joyeuse sans ce grain de sable qui a tout foutu par terre. Il faut dire qu’un grain de sable avec des muscles pareils, ça fait des dégâts. Et le pire dans l’histoire, c’est que je crains désormais de souffrir cette année à chaque fois que je vais penser à mes vacances: Paris, Londres, New York…

blongo découragé

Crédit photos: akynou et zaziepoo sur flickr.

Publicités

4 Réponses to “Une saleté de journée qui aurait pu être si belle”

  1. Beulemans said

    Allez, blongo, quelle déprime de bordel de merde! Une suggestion pour te retaper le moral à une heure d’aéroplane à peine: la visite de la brasserie Beulemans où tu ne rencontreras que de belles blondes, avec de la mousse, on est d’accord, mais d’une fraîcheur irréprochble!

  2. […] Une saleté de journée qui aurait pu être si belle […]

  3. Ann Tharin said

    Naja, es tut mir leid…j`ai fait ce que j-ai pu sur place, mais ils semblerait que les fans de Nadal etaient plus nombreux. Je t-avais dit de venir en renfort, mais bon t-as fait le snob une fois de plus.

  4. […] que le chouchou allait retrouver son tennis. Certes, tout n’a pas été facile et le désespoir a souvent pointé son oeil narquois. Roland-Garros et Wimbledon 2008 ainsi que Melbourne 2009 ont […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :