La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

Didier for president!

Posted by blongo sur 4 février 2009

Du tout tout grand Didier Cuche!

Du tout tout grand Didier Cuche!

C’est fou ce que le sport peu apporter, tout de même! Je parle de celui qu’on vit en transe devant la TV, même si l’autre, celui où l’on transpire gaillardement, doit aussi procurer de belles sensations. Bref, dimanche, c’était la grosse déprime. Le champion des champions du tennis avait perdu contre le nouveau champion des champions. On avait assisté impuissant et effondré aux larmes de Federer après sa nouvelle défaite contre Nadal. Et même si on avait aimé voir le Majorquin presque s’excuser de battre l’ancien maître du tennis, on était surtout au fond du trou, persuadé de ne plus jamais vouloir assister à un match de tennis, ou même à une compétition sportive.

Et puis, trois jours après, le retournement est total, complet, fantastique. Non pas du côté de la balle jaune, car ça semble parti pour durer, mais du côté de la montagne. Un moment de joie intense, un moment mille fois mérité, un moment de grâce sur une piste de ski. Didier Cuche en président-directeur-général de la piste. Didier Cuche en maître absolu l’espace d’un peu plus d’une minute. Didier Cuche en extra-terrestre de la poudre. Didier Cuche champion du monde de Super-G! Comme pour Roger à Melbourne, l’oeil s’est un peu embrumé, mais de bonheur cette fois-ci.

La  victoire est d’autant plus belle que notre Didier national n’avait pas encore goûté aux joies du succès cette saison, qu’il est en train de perdre son globe de cristal de descente, qu’il avait dû laisser la gloire helvétique à son compère Défago depuis un mois. Et ce triomphe est d’autant plus impressionnant que superDidier a laissé tous ses adversaires à une distance stratosphérique. Tout le monde à une seconde, tous les as du ski ont été renvoyés à leurs études par un Didier qui a réussi La course parfaite sur une piste très dure à skier. Le héros des Bugnenets, qui cette saison commettait toujours une petite faute le privant de succès, a cette fois répondu plus que présent. Et il garnit enfin un peu plus son palmarès dans les grands rendez-vous. Après l’argent en Super-G aux JO de Nagano en 1998 et le bronze en  géant aux Mondiaux d’Are en 2007, le Neuchâtelois se pare enfin d’or.

Bode aurait mieux fait se taire sur ce coup-là...

Bode aurait mieux fait se taire sur ce coup-là...

A 34 ans, il était temps, diront certains. A tort. Car s’il est désormais le plus vieux champion du monde de l’histoire, ce natif du lion entend encore rugir au moins deux ans. Le temps de gagner une autre médaille olympique à Vancouver l’an prochain et le temps de défendre son titre mondial dans deux ans à Garmisch. Le temps aussi, pourquoi pas, de continuer sa moisson de médailles à Val d’Isère. « Je suis peut-être comme le bon vin, plus je vieillis meilleur je suis », plaisantais « Kuke » dans l’air d’arrivée. Des millésimes comme celui-là, on en redemande en Helvétie. Du caractère, du punch, du goût!

Même le grand Bode Miller en était ivre de colère après sa course manquée. Et un peu grisé par la déception, le fantasque Américain s’est mis à vomir sur la piste et sa difficulté particulière. C’était une course pour skieur défensif, s’est-il plaint, évoquant une piste faussement sélective. On a tendance à bien l’aimer le Bode, mais là il pousse un peu le bouchon trop loin!

Pour terminer, comment ne pas penser un moment au compère de Cuche Daniel Albrecht, toujours cloué sur son lit d’hôpital, deux semaines après sa terrible chute à Kitzbühel. Le Neuchâtelois a assurément pensé à son pote valaisan, qui aura été l’un des seuls Helvètes à ne pouvoir savourer cette journée de gloire pour le ski suisse. « Il y a très peu de chose qui sépare le succès d’une chute terrible », relativisait le champion du monde.

Du bon vin du Val de Ruz, humble et savoureux, on en veut sans modération. A la santé du maître de la Face!

blongo réconforté avec la vie sportive

Et si vous avez raté la démonstration du maestro et son fameux lancer de ski:

Publicités

3 Réponses to “Didier for president!”

  1. samlegrand said

    Effectivement, c’est un magnifique champion ce Didier! Mais pour la présidence, je préférerais quelqu’un d’autre… On a déjà assez de têtes de mule au Conseil fédéral!

  2. […] Didier for president! […]

  3. Ann Tharin said

    Magnifique ce patriotisme…Didier for president des Bugnenets.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :