La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

La sirène de la discorde

Posted by blongo sur 14 mars 2009

Reviendra-t-elle vivante après son escapade à Shanghai?

Reviendra-t-elle vivante de son escapade à Shanghai?

Comment une petite statue en bronze peut-elle diviser un pays, susciter de longs débats et même de vives querelles? Quand il s’agit de la Petite Sirène, symbole des symboles de la ville de Copenhague! Tout le Danemark est tourneboulé depuis quelques jours à cause de la mignonne ballerine qui trône dans le port. Le conseil municipal de la capitale danoise a en effet accepté cette semaine que la Petite Sirène aille passer ses vacances 2010 à Shanghai. Un crève-coeur pour beaucoup, une occasion pour le Danemark d’afficher son rayonnement en Chine pour d’autres.

Le fait d’envoyer la Petite Sirène à l’exposition universelle de Shanghai en 2010 est des plus sensibles. Le conseil municipal s’est totalement déchiré pour parvenir à cette décision. Les partis ont affiché publiquement leurs hésitations, secoués par des querelles internes et ne parvenant pas à donner des consignes de vote claires. Il se murmure même que des rixes ont éclaté dans les bars pour savoir si oui ou non il fallait accepter ce voyage. Des divorces auraient eu lieu et certains auraient même été déshérités. Enfin bref, le voyage a finalement été voté par 36 voix contre 12 et 2 abstentions.

Les arguments des opposants ont pourtant failli faire mouche: tout d’abord, les touristes qui vont venir à Copenhague seront salement déçus de ne pas voir la minuscule statue (qui au passage est connue pour être de toute manière un peu décevante, à cause de sa taille: comme le Manneken Pis à Bruxelles et la Joconde à Paris, ces attractions de premier ordre sont un peu riquiquis…). Mais les touristes seront assurément fort attristés. Pendant huit mois, en plus! En plus, faire voyager cette belle demoiselle qui n’a pas quitté son caillou danois depuis 1913 pourrait être dangereux. Imaginez qu’elle se casse la figure hors du camion, la fragile donzelle. Et patatra, on aurait la Petite Vénus de Milo de Copenhague. Indigne de son rang.

Pour éviter ce drame tout shakespearien, la possibilité d’envoyer une copie à Shanghai a même été évoquée. Au risque de provoquer un crime de lèse-Chinois. Mais la mairie a tenu à souligner qu’au Danemark, « on a pour tradition d’exporter la vraie marchandise et non la copie ». C’est comme si le Danemark exportait des harengs en plastique ou des légos qui sentent le poisson. Non, mais!

Ou faudra-t-il trouver une nouvelle icône?

Ou faudra-t-il trouver une nouvelle icône?

Il faut également préciser que les Danois sont habitués à voir leur belle subir toutes les misères du monde. Habitués certes, mais tout de même toujours émus d’apprendre que leur joyau national a encore été malmené. Depuis 1913, la Petite Sirène a en effet été renversée plusieurs fois et même amputée d’un bras ou décapitée. Elle a en outre été déguisée en musulmane voilée vêtues d’une burka. Elle a été peinte et encore peinte, en rouge, en rose, en vert… Elle a été vue avec un indécent soutien-gorge. Outrage suprême, elle a même été affublée d’un godemiché au poignet. Pas facile, la vie de sirène danoise!

Mais ce voyage pourrait être l’affront de trop. On craint d’ailleurs que la douce sirène n’ait l’ennui en Chine. C’est pourquoi il a été décidé, au terme d’un débat intense, de ne pas l’envoyer seule. Non seulement une forte délégation danoise l’accompagnera dans le pavillon du pays de l’exposition, avec assurément des gardiens à la carrure toute nordique, mais en plus elle emportera avec elle des tonnes d’eau du port de Copenhague. En effet, dans son bassin de l’expo, la Petite Sirène baignera dans de l’eau entièrement danoise. Les visiteurs pourront même s’y baigner, histoire de montrer le respect de l’environnement tout danois et la propreté les eaux du port de la capitale. Bon, on se garde d’évoquer les coûts écologiques du transport de milliers de litres d’eau d’Europe en Chine…

Bref, pendant les huit mois du voyage, les Danois ne vont plus dormir et plus manger. Et on les comprend, c’est comme si on décidait de déménager le Cervin à côté de Pékin pendant quelques mois. Ou comme si on partait de l’idée que le secret bancaire était une spécialité chinoise.

blongo

Crédit photos:  marionzetta et geekgrilunveiled sur flickr

Publicités

3 Réponses to “La sirène de la discorde”

  1. Beulemans said

    Ce serait bien qu’on garde quelques Chinois(e)s en otage au Danemark pendant la durée de l’exposition de la Sirène en Chine. On ne les libérerait que si la Sirène revient entière et en bonne santé…à bon port qui plus est.

  2. Marion said

    Salut Blongo, contente de voir que tu as utilisé une de mes photos de Copenhague pour illustrer ton blog post. Je retourne à Copenhague au mois de juin et je trouve un peu dommage de ne pas pouvoir revoir la statue de la petite sirène. Ce n’est sûrement pas la chose la plus intéressante à voir à Copenhague, mais c’est quand mm le symbôle de la capitale danoise… Les Chinois auraient pu se contenter d’une reproduction…

  3. inés19 said

    ses pas vraix
    normalement il faut q’uil y a des docteurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :