La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

La grève du sexe pour régler les problèmes politiques

Posted by blongo sur 1 mai 2009

Les fiers lions du Kenya devront mettre leur ego dans leur poche

Les fiers lions du Kenya devront mettre leur ego dans leur poche

La majorité des politiciens de ce bas monde sont des hommes. Avec leur ego, avec leur orgueil démesuré, avec leur virilité exacerbée, avec leur zizicentrisme. Berlusconi, Sarkozy? Non, c’est  d’un pays plus au sud dont on parle. Car le Kenya n’échappe pas à la règle de la phallocratie. Et les politiciens kényans (uniquement -ciens, mais pratiquement pas de -ciennes) n’échappent pas à la règle. Trop préoccupés par leurs querelles de coqs et leurs guéguerres d’influence, les hommes d’Etat de cette nation d’Afrique de l’Est délaissent les affaires courantes et le pays part en vrille depuis quelques années.

Mais tels des petits Gaulois contre l’envahisseur romain, ou plutôt telle une majorité minorisée au pouvoir, une frange de la population a décidé de s’élever contre cette évolution pendable de la sphère politique kényane: les femmes. Réunies en associations civiles, des dizaines de femmes se sont alliées pour former un contre-pouvoir. Mais qui dit pouvoir demande arme. Et ces femmes ingénieuses ont réussi à débusquer une arme plus efficace que le curare et la mitraillette: le sexe. Ou pour parler plus crûment: pas de réaction politique, pas de galipette! Machiavélique et ingénieuse, les Kényanes.

Pour être précis, les associations féminines ont appelé à une semaine d’abstinence sexuelle pour faire plier ces messieurs de la politique, pour les obliger à « régler leurs différends et réformer le pays », ont-elles fait savoir. « Il y a un boycott national pour montrer que les femmes de ce pays ont décidé de faire avancer les réformes », ont-elles ajouté. Et de conclure que ce n’est « pas un moyen de punir les hommes », mais une solution pour qu’ils prennent conscience des problèmes, des vrais problèmes, et qu’ils regardent plus loin que leur nombril. A problème urgent, solution radicale, l’argument devrait faire son petit effet.

Toutes les femmes sont donc appelées à faire la grève du sexe durant sept jours. Même les prostituées seront payées pour qu’elles se joignent au mouvement. Toutefois, le mouvement cherche surtout à émouvoir les femmes des hommes politiques. Et elles y sont parvenues: l’épouse du Premier ministre a annoncé clairement et sans sourciller qu’elle rejoignait les protestataires. Zizi panier, le Premier ministre!

Reste à savoir si l’homme qui pense souvent avec son sexe pourra penser avec sa tête quand il sera privé de câlins…

blongo

Crédit photos: tarique sur flickr

Publicités

2 Réponses to “La grève du sexe pour régler les problèmes politiques”

  1. Beulemans said

    Il faudrait introduire cette mesure politique au Vatican.

  2. domi40 said

    et en France… ? moi aussi j’ai trouvé ça fort…. a la mesure de ce qui motive vraiment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :