La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

Passeport biométrique: Données, c’est donner

Posted by dragon buté sur 12 mai 2009

empreintesDeux choses. Il existe deux choses qui font que je suis moi et que vous êtes vous, reconnaissables entre tous.

Bien sûr, nous avons des caractéristiques physiques qui nous sont propres. Mais il n’y a que deux aspects externes qu’on ne partage avec personne d’autre. Le dessin des veines de la rétine et celui des empreintes digitales. Et l’Etat veut que chaque citoyen suisse lui cède l’un des deux gracieusement.

Car ne nous méprenons pas. La votation suisse du 17 mai prochain sur le passeport biométrique ne tourne pas uniquement autour de la question de la très controversée base de données centralisée que préconise le projet de loi. Les inquiétudes à propos de cette centralisation sont légitimes. Mais le vrai débat est plus global.

Il porte sur la question de la personnalité et de la propriété. Mes empreintes digitales sont à moi et en tant que propriétaire, je dois pouvoir décider librement si je les partage ou non.

Bien sûr, chaque citoyen se voit contraint de céder certaines de ses données à l’Etat. Ce dernier sait à la virgule près le montant de l’augmentation que votre patron vous a octroyée l’an passé. Il y a un intérêt supérieur à ce que les autorités mettent le nez dans vos petites affaires. Car chacun doit s’acquitter de l’impôt pour le bien de la communauté.

Il en va tout différemment des données biométriques. Questionnons-nous : une fois que nos empreintes seront récoltées, nous appartiendront-elles encore ?

yeuxCar si le projet est accepté, les empreintes seront stockées. Ce qui signifie que l’un de nos deux éléments distinctifs sera localisé en deux endroits : au bout de nos doigts et sur un fichier. Poussons le raisonnement plus loin : il existera alors pour chaque Suisse un être vivant, réel ainsi qu’un être virtuel. Et ce dernier possédera suffisamment de caractéristiques de l’être réel pour se faire passer pour lui.

Les données étant fichées pour toujours, cet autre vous virtuel vivra donc pour l’éternité et planera sur votre vie comme une ombre. Un autre vous qui ne vous appartiendra plus et sur lequel vous n’aurez plus aucun contrôle.

Tout citoyen devrait avoir son mot à dire sur une telle éventualité. Or, une fois le projet de loi entériné, le passeport biométrique sera obligatoire pour tous. Le citoyen perdra le droit de décider librement s’il veut que son moi virtuel existe ou non.

C’est cela le plus inquiétant. Je ne vois aucun intérêt supérieur assez fort pour me convaincre de céder une partie de moi. Données, c’est donner. Reprendre, c’est voler.

Dragon buté

Crédits photos: leechy et  sushla sur Flickr.

Publicités

Une Réponse to “Passeport biométrique: Données, c’est donner”

  1. Van Breukelen said

    Yes, dragon ! Tout ce qui respire le contrôle des individus à outrance, tout ce qui me fait penser à Big Brother, tout ce qui restreint mon libre arbitre m’inspire une profonde répulsion contre laquelle aucune tentative de rationalisation n’a d’effet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :