La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

J’aime j’aime pas (4): du bim bam bop aux voisins

Posted by blongo sur 19 septembre 2009

Le bim bam bop, déjà un régal pour les yeux.

Le bim bam bop, déjà un régal pour les yeux.

Commencée il y a quelques semaines, cette rubrique méritait bien une petite mise à jour, ou plutôt une quatrième version. Entre agacement convulsif et admiration béate, le quotidien regorge de ces moments contemplatifs.

J’aime le mois de septembre: quoi de plus savoureux que ce neuvième mois de l’année? C’est la période idéale pour prendre des vacances, car il n’y a plus de hordes de gens sur les routes et des wagons de benêts sur les terrasses des bistrots. C’est la période idéale pour vivre et non plus survivre comme en été. On perd 10 degrés et l’air redevient respirable. On peut faire trois pas sans se retrouver avec des auréoles sous les bras et on peut se balader à l’extérieur sans courir le risque de revenir avec l’impression d’être une écrevisse surcuite. Idéal, qu’on vous dit. Et puis c’est la période des feuilles brunissantes, des vendanges et de la chasse dans les restaurants. La belle vie de château sans les désagréments du plein été.

J’aime pas le petit chien-chien à sa mémère: ridicule, il n’y a pas d’autre mot pour qualifier ces bestioles de 13 centimètres de long pour 6 de large. Il y en a un dans mon immeuble. Le visuel est désastreux. Un noeud dans les cheveux et le poil lissé. On ne dirait même pas un vrai chien, mais plutôt un gros rat sans personnalité. Ou tout au plus un peu de hargne. Car c’est les plus petits roquets qui ont le plus envie de vous mordre un mollet. Du moins jusqu’à ce que sa mémère vous dise d’un ton doucereux que c’est rien, qu’il voulait juste jouer et que c’est pas si grave s’il repart avec une bouchée de votre mollet. Mais plus que le visuel, c’est le sonore qui tourne à la tragi-comédie. Le chien-chien parfait ne sait pas aboyer comme un vrai Médor des banlieues. C’est plus un éructement plaintif qui ne ressemble à rien. Aucune once d’autorité, aucune présence, aucun charisme. Rien. Et en plus le chien-chien aime plus que tout aboyer sans raison pendant une durée qui vous paraît longue et qui vous donne des envies de piétinement. Ou pardon, gentille mémère, c’est pas si grave si j’ai piétiné votre chien-chien au noeud-noeud…

J’aime le bim bam bop: inconnu au bataillon? Vous avez tort. J’ai découvert il y a peu les joies de la cuisine sud-coréenne et elle vaut vraiment le détour. Il n’y a ni le côté, certes plutôt agréable, mais doucereux, des mets chinois, ni l’abus de coriandre et de gingembre de la plupart des cuisines asiatiques. On a en gros le choix entre une espèce de barbecue géant avec mille accompagnements délicieux et le fameux bim bam bop: un savant mélange composé de riz, de viande, de légumes et de champignons avec un oeuf sur le dessus, le tout grillant dans un récipient en fonte et continuant à gratiner devant vos yeux. En fait, le nom exact est dolsot bibimbap, viens-je d’apprendre sur le ouèbe. Mais comme on ne peut le retenir sans perdre quelques neurones, gardons bim bam bop, qui sonne plutôt agréablement à l’oreille et à la papille. Bref, allez goûter un bim bam bop de toute urgence.

Ah Mulder et Scully...

Ah Mulder et Scully...

J’aime pas le con qui roule à 112 sur la voie de gauche de l’autoroute: à chaque trajet, vous le croisez, cet énergumène à qui l’on devrait retirer le permis sur-le-champ. A chaque fois c’est pareil, le gugusse se décide à quitter la morne quiétude de la voie de droite pour doubler un Hollandais et sa pesante caravane. Mais il ne lui vient pas l’idée d’accélérer un peu ou de regarder derrière lui pour contempler la foule de voitures nerveuses qui lui collent aux fesses. Non, non, le con de l’autoroute continue à péniblement arriver à la hauteur du siège arrière de la voiture batave sans remarquer qu’il suscite des envies de tuer à un kilomètre derrière lui. Ou qu’il provoque un accident derrière lui sans s’en rendre compte. Béatement insouciant, le con se félicite même intérieurement quand il se rabat, alors qu’il a déjà fin de doubler le Hollandais 100 mètres auparavant: ben je suis content d’avoir doublé ce lambin en caravane, se dit immanquablement notre con en chef.

J’aime revoir de vieilles séries de jeunesse: de plus en plus, certaines chaînes renouent avec la tradition des années 80 et 90 et offrent au téléspectateur vaillant des rediffusions de séries ou dessins animés qui nous ont marqués. Et cela va dans tous les sens: Hélène continue à oeuvrer pour séduire son Nicolas, les chevaliers du zodiaque poursuivent leur objectif de vaincre le terrible grand pope, Mulder et Scully pourchassent toujours les martiens et  se font pourchasser par l’inquiétante conspiration. Tout a un peu vieilli avec l’éclatement des Prison Break ou Desperate Housewives, mais c’est toujours plaisant à revoir, la larme à l’oeil. Et les chaînes les accumulent depuis quelques temps: Beverly Hills, Happy Days, La croisière s’amuse, Dragon Ball, Melrose Place…. Manque plus qu’on nous ressorte V, Dallas et L’agence tout risque et pourra d’autant plus jubiler.

J’aime pas les voisins: bon d’accord, à moins d’habiter sur une île déserte ou un château avec un parc respectable, c’est difficile de n’avoir personne qui réside sur le pallier d’en face. Et quand on habite un immeuble, il y a forcément la mémère avec le chien-chien bruyant, le morpion avec une voix criarde, le vieux râleur et le couple du 5e qui n’arrête pas de s’engueuler. On pourrait encore s’en accommoder, mais le problème vient souvent de la faible épaisseur des cloisons et de la conductivité sonore des tuyaux d’arrivée d’eau. Bref, les voisins, c’est souvent la plaie, même quand on ne passe pas son temps à se quereller avec eux. Le con qui fume le cigare dans l’ascenseur, le sot qui renverse des liquides suspects dans la cage d’escalier. Il y a même sûrement dans le lot un con qui roule à 109 sur l’autoroute. Et Renan Luce peut aller se rhabiller avec sa douce admiration d’une voisine superbe. La mienne, elle porte des vieux sabots et a de la moustache!

blongo

Crédit photos: mmmyoso et megaul sur flickr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :