La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

Posts Tagged ‘censure’

L’humoriste Gérald Dahan censuré par Sarkoland ou l’ouverture d’esprit de la République

Posted by blongo sur 23 avril 2009

L'objet du scandale

L'objet du scandale

La République française, la Sarkozie ou le Sarkoland. Une petite terre de bonheur au milieu d’un océan de crise? Un paradis où tout le monde vit heureux et en paix? Un ilot de liberté d’expression dans ce monde de brutes? Point, pas du  tout. Le baron Sarko sur son trône perché, avec ses tentacules dans toutes les sphères du pouvoir, l’a prouvé une nouvelle fois. Par l’intermédiaire de sbires entièrement dévoués à sa cause égocentrée, Sarko a réussi à faire interdire une publicité vantant le dernier DVD de l’imitateur Gérald Dahan. Motif? Une caricature de sa sainteté le président qui n’a pas plus au pape de la droite.

Tout commence par une initiative tout ce qu’il y a de plus normal. Gérald Dahan, qui imite ma foi fort bien le petit président, décide de commercialiser un nouveau DVD intitulé Sarkoland. Peu après, le couperet tombe: France Télévisions annonce qu’elle ne diffusera pas la pub de l’humoriste. Le motif invoqué touche de près l’irrascible CarloBruno de l’Elysée: une caricature de lui-même en personne réalisée par Cabu figure sur la pochette du DVD.

Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Médias, Politique internationale | Tagué: , , , , , | 7 Comments »

La censure, une sangsue sans solution

Posted by Van Breukelen sur 19 mai 2008

La campagne sur les naturalisations dites démocratiques – ah les infinies possibilités du langage – bat son plein. En gros, il s’agit d’autoriser légalement le délit de sale gueule, voire de sale nom et de déclarer que le citoyen lambda peut décréter le citoyen non-lambda voire un peu plus sur les bords indigne du passeport rouge à croix blanche. La campagne nauséeuse de l’UDC, dont a parlé le fureteur ici-même, renoue avec les affiches des années trente mettant en scène des mains coupables d’envie.

Du coup, une action de graffitage d’affiches a été organisée ainsi que des interdictions d’affichage décrétées par certaines communes. Sur le principe, on peut comprendre. On peut même estimer que l’affiche est limite par rapport à l’article de loi sur le racisme. Et donc proclamer qu’on a la loi pour soi. Oui, mais…

Maculer les affiches ou les interdire ne consiste pas seulement à protester. Cela consiste à ne pas contre-argumenter et à avouer sa peur de l’influence des affiches malodorantes. La censure, affirme Wikipédia, est la limitation arbitraire ou doctrinale de la liberté d’expression de chacun. Croire que l’on va résoudre les problèmes en vidant l’affiche de sa substance par des procédés de censure n’est rien d’autre qu’avouer que l’affiche dénoncée est persuasive et que l’on a pas d’autre moyen d’imposer sa propre vision du monde que d’interdire une vision adverse. Corollaire: censurer l’affiche consiste à de nouveau en parler. Merci pour la publicité gratuite doit se dire l’UDC qui a bien sûr communiqué sa colère par rapport à de tels actes, communiqué qui a bien sûr été repris par tous les médias et qui a donc fait connaître à certaines personnes les actions entreprises contre l’affichage public.

Censurer, avouer sa peur de l’efficacité de l’affiche, revient à considérer les citoyens comme des moutons. Ce que l’UDC a d’ores et déjà démontré par une affiche qui a assez fait parler d’elle. En voulant donner tort au parti populiste, on lui donne paradoxalement raison. Et on montre qu’on ne cesse de se faire écraser par le bulldozer communicationnel du Volks Partei.

Herman van Breukelen

Posted in Politique suisse | Tagué: , , | 2 Comments »