La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

Posts Tagged ‘Usain Bolt’

Usain Bolt, guépard, ours, girafe, bip-bip, chien fou ou lion?

Posted by blongo sur 16 août 2009

Le surhomme

Le surhomme

Ce soir, beaucoup de chanceux ont assisté à une avancée déterminante sur les lois de la physique. Un homme a couru sous les 9″60 sur 100 mètres, 9″58 pour être précis. Cette performance laissera de marbre les non-amateurs, mais il n’empêche que le Jamaïcain Usain Bolt a pulvérisé de 11 centièmes son propre record du monde sur la piste du Stade olympique de Berlin. Un énorme chrono qui semblait complètement inatteignable il y a encore dix ans. Un temps qu’une seule personne au monde pouvait réussir, sa majesté le guépard Bolt. Cela doit être drôle de ce dire qu’on est l’homme le plus vite au monde, que si tu joues à chat, personne ne peut te vaincre, que si tu voles une pomme, aucun épicier ne pourra jamais te rattraper!

C’est assez fou d’imaginer qu’Usain Bolt court le 100 mètres 13 centièmes plus vite que tout le monde, ou plutôt 13 centièmes que son plus proche suivant, l’Américain Tyson Gay, qui a réalisé 9″71 aussi lors de ces Mondiaux à Berlin. C’est assez fou de se dire qu’il y a à peine plus de 20 ans le mythique Carl Lewis courait le 100 mètres en 9″93, soit 0″35 de plus que Bolt, et que l’on se disait alors que ce temps était complètement dingue. C’est assez fou d’apprendre que le bonhomme n’a que 23 ans. C’est assez fou, euh non, c’est totalement surréaliste! Pas étonnant que le Jamaïcain soit surnommé « Lightning Bolt » (« La boule de foudre ») après son exceptionnel triplé 100m, 200m, 4x100m aux JO de Pékin en 2008.

Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Athlétisme, Sport | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Six médailles et demie, un ovni jaune, un poisson et des émotions olympiques

Posted by blongo sur 24 août 2008

Fabian Cancellara, l'incontestable héros suisse à Pékin

Fabian Cancellara, l'incontestable gloire helvétique à Pékin

On avait critiqué la Chine, l’attribution des JO à Pékin, les droits de l’Homme bafoués, la pollution, l’évacuation massive des basses classes du centre de Pékin et même des mensonges pendant la cérémonie d’ouverture. Et on avait sans doute raison. On peut aussi critiquer les nouveaux cas de dopage, même des chevaux ont été contraints d’abuser de substances, et la suspicion qui pèse sur certaines performances. Oui, toujours, oui. On peut regretter l’entraînement douloureux de certains athlètes chinois. On peut toujours pointer ceci ou cela d’un doigt accusateur.

Il n’en demeure pas moins que, comme tous les 4 ans, et plus encore que lors des Olympiades hivernales, la magie des JO opère et a opéré à Pékin. Si on aime le sport, et même si on  ne le suit pas avec assiduité le reste de l’année, on se prend au jeu, on apprécie ces champions qui se surpassent pour une rondelle de métal, dorée si possible. Les Jeux offrent à chaque fois des moments forts, émouvants, tristes, regrettables, décevants, malheureux. Les JO sont toujours un moment de sport à part, qu’on peine, malgré tous les à-côtés, à rejeter en bloc. On ne peut s’empêcher de croire que tous ces gagnants sont propres, que leurs victoires sont sans tache, que leur sacre est la récompense d’un dur entraînement. Et, ainsi, on aime les JO et on en redemande, même si les résultats ne sont que rarement conformes aux attentes et aux espoirs.

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Société, Sport | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »