La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

Posts Tagged ‘film’

Voyeurs, passez votre chemin. Critique du film « This is it »

Posted by dragon buté sur 11 novembre 2009

This is it, et l'énigme perdure

This is it, et l'énigme perdure

L’oeuvre était présentée comme le film de référence sur Michael Jackson. Celui qui apprendrait aux fans à connaître ce gamin hors norme coincé dans le corps d’un homme de 50 ans. Celui qui allait expliquer à un public avide ce qu’il n’avait jamais réussi à comprendre des énigmes qui entourent le King of pop.

Il y eut d’abord son talent exceptionnel et précoce. Comment expliquer qu’un garçonnet de six ans possède une telle aisance sur scène? Bien sûr, il y a le drill intense imposé par un père omniprésent et omnipotent. Mais cette explication met trop vite de côté l’instinct d’un Michael déjà bête de scène.

Il y eut ensuite le succès, et bien plus encore l’entreprise Michael Jackson. L’artiste a su avant tout le monde faire de son nom une marque, faire de sa personne un bien de consommation, faire fructifier une renommée naissante. De l’étoile filante qu’il aurait pu devenir, il a créé, mythes à l’appui, une star, voire un dieu.

Les mythes justement. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Cinéma, Culture, Musique, People | Tagué: , , , , | 1 Comment »

Comment faire un film qui manque d’images? Critique de « Millénium »

Posted by dragon buté sur 9 mai 2009

MilléniumComment transposer à l’écran un pavé en deux heures de film? Comment rester fidèle à une intrigue touffue à l’extrême? Comment ne pas décevoir les fans, les millions de fans de la trilogie? Comment choisir son héroïne, alors que chaque lecteur s’en est fait une idée précise?

Peter Jackson s’est à coup sûr posé mille fois chacune de ces questions, lorsqu’il a porté à l’écran le « Seigneur des anneaux ». Il a été rejoint dernièrement dans ses questionnements par le danois Niels Arden Oplev, qui vient de terminer la réalisation du premier tome de la série « Millénium », de Stieg Larsson.

« Millénium » tome un, tiré du roman « Les hommes qui n’aimaient pas les femmes », sort sur les écrans suisses mercredi. Critique engagée d’un Dragon adorateur de la trilogie.

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Cinéma, Polars | Tagué: , , , , , , | 9 Comments »

Oui, ce film est un chef d’oeuvre

Posted by patoudoux sur 2 juin 2008

J’adore le cinéma. Et je considère que cet art, qui a consacré – souvent à raison, parfois à tort – la terminologie de «culture de masse» dès ses débuts à l’aube du XX siècle, est injustement sous-estimé. Un art populaire? Certes, on ne va pas au cinéma comme on va au musée de l’art brut. Mais c’est faire injure à tous ceux qui ont honoré le 7e art, des frères Lumière aux frères Coen (sans oublier, dans un autre registre, les frères Weinstein), que de ne pas le mettre sur un même plan que la littérature ou la peinture.

Le cinéma est un art comme un autre, à la différence peut-être que son évolution est et restera – plus que dans d’autres formes d’art- tributaire de l’évolution de la technologie. On peut en faire tout et n’importe quoi. Mais ce que je retiens du haut de mes modestes 10 ans d’expérience de passionné est le constat suivant: quand il est utilisé par des artistes inspirés, le cinoche confine à l’extase. Je ne connais pas meilleure expérience – intellectuelle, visuelle et sensorielle – que de me plonger dans une salle obscure. C’est ce qui m’a poussé à en étudier l’histoire et l’esthétique dès lors que j’étais sorti de l’âge bête, celui durant lequel on ne s’intéresse à rien (dans mon cas, je ne m’intéressais qu’au football).

Hier soir donc, j’ai visionné, pour la troisième fois en quelques semaines avec toujours la même admiration, «No Country for Old Men» (je vous épargne de la traduction française). Une œuvre des frères Coen, la meilleure qu’ils aient produite à ce jour, bien que leur filmographie soit déjà bien dotée en chefs-d’œuvre (« The Big Lebowski », « Fargo », « Miller’s Crossing » et j’en passe). Adaptation d’un roman de Cormac McCarthy, « No country… » recèle tout ce que le cinéma peut créer de meilleur. Pour la troisième fois donc, j’ai été subjugué par la maîtrise du 7e art et face à cette beauté constituée de 25 photographies par seconde (soit 183’000 photos pour «No country…»), j’en ai presque versé une larme. En voici les raisons.

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Cinéma | Tagué: , , , | 1 Comment »