La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

Posts Tagged ‘polar’

Un zeste de famille et une tombée de secrets. Critique du « Prédicateur » de Camilla Läckberg

Posted by dragon buté sur 21 juin 2009

Le PrédicateurLa famille, Camilla Läckberg en est hantée. Ni par la famille modèle, ni par celle qui se déchire, mais par celle qui a érigé le secret et le silence en mode de vie. L’auteure suédoise avait déjà utilisé ce canevas dans « La Princesse des glaces », son premier roman traduit en français. Son deuxième opus traduit, intitulé « Le Prédicateur », ne déroge pas à la règle.

Comme dans « La Princesse des glaces », le lecteur retrouvera avec un certain plaisir la belle Erica Falck et Patrick Hedström, son policier de compagnon. Il sera à nouveau plongé dans l’univers du petit port de Fjällbacka.

A la différence que la petite ville se transforme de glaçon dans l’hivernale « Princesse » en station balnéaire à la mode dans l’été du « Prédicateur ». Changement d’ambiance radical mais même sensation d’étriquement des petites villes de province suédoises, complexées par rapport à leurs voisines plus grandes.

Autre similitude, on l’a dit, la thématique de ce roman policier: la famille et ses lourds secrets. L’enquête débute à la découverte du corps martyrisé d’une jeune touriste. Sous le cadavre sont disposés deux squelettes très anciens.

Lire la suite »

Posted in Littérature, Polars | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Un monde sous influence. Critique de « Das System », de Karl Olsberg

Posted by dragon buté sur 14 avril 2009

das-systemComme tout amateur de polars le sait, l’heure et la mode sont aux écrivains nordiques. Islande, Norvège et Suède se partagent la part du lion des ventes de romans policiers ces dernières années. Il est rare de dégoter un polar allemand. C’est chose faite avec « Das system », de Karl Olsberg, qui vient de sortir en traduction française et dont voici une critique. Je vous recommande le site du livre, qui est vraiment bien fait.

« Das system », c’est Pandora, un virus informatique qui devient, à force de croître et d’envahir les terminaux mondiaux, une véritable intelligence artificielle. Elle peut alors s’immiscer dans n’importe quel système informatique sans être repérée et en faire ce qu’elle veut. Et elle ne veut pas que du bien à l’humanité. Il faudra toutes les ressources des protagonistes humains pour en venir à bout et pour protéger l’être humain. Mais attention, la fin du roman réserve une surprise et c’est l’inventivité de l’esprit qui réussira à prendre le dessus sur les « neurones artificiels ».

Rêve de fan de science-fiction, me direz-vous? Une intelligence artificielle qui se développe d’elle-même, qui y croit? Certes, certes. Mais le roman de Karl Olsberg a des qualités rares.

Lire la suite »

Posted in Internet, Littérature, Polars, Société | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le Dr House râle, ronchonne, renâcle et écrit aussi. Critique de « Tout est sous contrôle »

Posted by dragon buté sur 17 mars 2009

Agaçant, tout comme le Dr House

Agaçant, tout comme le Dr House

Est-il encore quelqu’un qui ne connaisse le Dr House? Ce médecin de série TV qui n’aime ni les femmes, ni les hommes, ni les patients, qui n’aime rien. Il ronchonne et adore faire profiter ses proches de sa mauvaise humeur. Il a l’esprit et le mot assassins. Une marque de fabrique qui a fait le succès de la série.

Son interprète, Hugh Laurie, est un excellent acteur. Il a aussi écrit, en 1996, un roman policier qui vient d’être traduit en français et qui fait un tabac (4e position il y a quelques jours sur le classement des meilleures ventes sur fnac.com). Avec un marketing agressif (un bandeau immense sur la couverture du roman avec « Dr House » écrit en grand), on en attendait pas moins.

Eh bien, tout comme dans le programme TV le Dr House lasse, c’est un peu la même chose dans le roman (« The gun seller » en anglais »). Je peux plus le voir, moi, ce Dr House. Pas qu’il soit devenu trop grognon ou trop politiquement incorrect, mais ce seul registre finit par mettre les nerfs des téléspectateurs en boule.

Il en fait des tonnes, et des tonnes toujours identiques. Mais surtout, on perd patience devant les personnages secondaires de la série, qui s’étonnent toujours des impertinences du praticien. A chaque fois ça ne manque pas: « Comment pouvez-vous dire cela, Dr House? » semble être la phrase que les scénaristes veulent place à chaque épisode. On a envie de dire aux intervenants: « c’est un gros con, il l’a toujours été et le sera toujours. Qu’est-ce qui vous surprend encore, bordel? »

Lire la suite »

Posted in Littérature | Tagué: , , , , , , | 5 Comments »

La bibliothèque idéale du polar pour l’été

Posted by dragon buté sur 11 juillet 2008

C’est le temps des grandes migrations estivales. Et donc du choix cornélien suivant: quels bouquins vont m’accompagner sur les plages de Rimini, durant mon trek au Népal ou dans les parcs du Québec?

Voici pour vous aider ma bibliothèque idéale, qui ne comprend que des romands policiers (quoi? il existe d’autres styles de romans?) de toutes sortes et en vrac. Ne sont cités ici que le « haut du panier », le meilleur du meilleur du polar/thriller/roman à enquête. A vous de juger!

Lire la suite »

Posted in Littérature, Polars | Tagué: , , , , | 3 Comments »

Il était une fois l’être humain. Critique du cycle de l’homme, de Maxime Chattam

Posted by dragon buté sur 27 juin 2008

J’ai lu tous les romans de Maxime Chattam. J’ai commencé par la trilogie du mal, il y a bien longtemps. Au vu de la qualité de ces trois romans (« L’âme du mal », « In tenebris » et « Maléfices »), j’ai continué. Mais et « Le Cinquième règne » et « Le sang du temps » ont été de grandes déceptions.

Alors quand Chattam s’est mis à la rédaction de son cycle de l’homme, j’ai repris espoir. Il semblait très doué pour les cycles, ce cher Monsieur. L’ambition de cette nouvelle série de romans était de « dresser un portait de l’Homo sapiens moderne dans ce qu’il a de plus troublant », dit l’auteur. Dans « Les arcanes du chaos », Chattam s’intéresse aux dérives de certains hommes avides de pouvoir, avec une optique résolument historique. Puis vint « Prédateurs », qui cherche l' »essence du crime ». Et enfin « La théorie Gaïa », un roman d’anticipation qui narre l’avenir de l’être humain et les bouleversements qui le terrasseront. Le projet était ambitieux, donc!

Lire la suite »

Posted in Littérature, Polars | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’amour, ce sentiment poisseux. Critique d' »Un sur deux » de Steve Mosby

Posted by dragon buté sur 18 avril 2008

 S’il y a bien deux choses qui ne vont pas ensemble, c’est le thriller et l’amour. Comme porter du jaune et du violet. Ou comme une clope avec un jus d’orange.

Ceux qui ont tenté s’y sont cassé la plume. Pas par manque de talent, certainement. Mais c’est le genre qui veut ça. Dans le thriller, l’amour peut être présent, mais en filigrane et par petites touches. Il n’est en aucun cas l’un des ressorts principaux de l’intrigue. Au plus, il explique les réactions de certains personnages. Au plus! Pour le dire crûment, c’est plus souvent du cul que de l’amour.

Avec « Un sur deux », Steve Mosby a tenté l’exercice et l’a assez bien réussi. Rien que pour cela, son premier roman traduit en français vaut la peine… Lire la suite »

Posted in Littérature, Polars | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »