La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

Archive for mai 2008

De l’art ou du cochon? Godard au journal télévisé

Posted by Van Breukelen sur 29 mai 2008

Godard n'a pas seulement filmé le mépris, il le suscite aussiLe 14 mai 2008 a eu lieu une inédite et très intéressante expérience lors du journal télévisé de la chaîne publique romande tsr. Tous les sujets du JT – on dit TJ en Suisse – ont été confiés à des réalisateurs de cinéma helvétiques plus ou moins connus. Il s’agissait de lancer le Festival de Cannes. De l’avis de plusieurs, l’expérience a été un succès impressionnant – tellement unanime que cela a dû donner la honte aux réalisateurs habituels. Ce qui a été présenté comme le clou de la soirée a été cependant beaucoup moins unanimement reconnu. La tsr a en effet réalisé l’exploit de sortir Jean-Luc Godard de sa tanière pour lui arracher une participation au grand rendez-vous traditionnel de l’actualité. Résultat, plus de 3 minutes incompréhensibles. Jugez sur pièce.

Les avis des téléspectateurs plus ou moins anonymes ont été très tranchés. Les uns soulignent la majesté d’un poème incantatoire, beau comme un vol de libellule au ralenti, d’autres parlent plus prosaïquement de foutage de gueule. Attitude nombriliste d’un cinéaste qui ne se préoccupe que de sa gloire en se fichant éperdument du quoi qu’on en pense, mais surtout de quoi qu’on en comprenne? Peut-être, mais ce serait attaquer l’homme et non l’objet qu’il propose (notez que je ne parle pas d’oeuvre et ceux qui voudraient savoir ce que je pense de cet objet télévisuel non identifié en seront pour leurs frais, car ce qui m’intéresse est ailleurs). Lire le reste de cette entrée »

Posted in Médias | Tagué: , , , | 5 Comments »

Pourquoi la pluie règne-t-elle sur Roland-Garros?

Posted by blongo sur 28 mai 2008

La pluie à Roland-GarrosMai s’affirme et le soleil aussi. Normalement du moins. Sauf que le cinquième mois de l’année est aussi celui de Roland-Garros. Et que le tournoi de tennis le plus réputé de l’année est un habitué de la pluie, un amoureux même. Dès les trois premiers jours de la fête de la balle jaune, des hallebardes ont commencé à tomber, freinant le déroulement des rencontres. Mais, comme l’a si bien exprimé Hervé Vilard, pourquoi, pourquoi, pourquoi?

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Sport, Tennis | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Qui naît mafieux le reste… Critique de « Malavita encore » de Tonino Benacquista

Posted by blongo sur 27 mai 2008

Vous n’avez jamais lu Tonino Benacquista? Vous méritez l’une des punitions exemplaires, mafia made, qui jalonnent son dernier roman, « Malavita encore ». Alors si voulez éviter de retrouver un œil de bœuf dans votre verre de Bourgogne ou votre précieuse tête dans un tiroir que l’on referme violemment, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Car Tonino Benacquista, c’est un must, qu’on se le dise, tant par son écriture pleine de finesse que par son humour décalé et ses intrigues déconcertantes. Vous avez l’embarras du choix pour commencer. « Saga » et ses scénaristes loufoques, « Quelqu’un d’autre » et sa quête d’identité sous alcool, « La maldonne des sleepings » et son voyage en train si particulier. Ou encore « Malavita » et sa suite « Malavita encore », récits d’une vie dans la Cosa Nostra loin de la Cosa Nostra.

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Littérature | Tagué: , , | 5 Comments »

« A genoux » de Michaël Connelly ne nous y met pas

Posted by Van Breukelen sur 26 mai 2008

Dans le panthéon des écrivains de polars incontournables, y compris pour les éditeurs qui doivent y voir la poule aux oeufs d’or, Connelly figure en bonne place. Rien que pour avoir inventé un flic portant le nom de Hieronymus Bosch, il mérite mon respect. Le Bosch donc, teigneux têtu qui tient tête à tout, est un animal genre bulldog croisé avec un morpion: il mord là où ça dérange et il ne lâche jamais. Ce qui le rend attachant – évidemment – et passionnant. Quand un nouveau Connelly sort en librairie, et le bougre n’arrête pas de produire, mon premier réflexe est de chercher Bosch en 4e de couverture. Quoique la « Défense Lincoln » ne soit pas mal non plus. Mais je suis attaché à Harry comme une puce à un chien.

Donc, j’ai su que j’achèterai « A genoux », le dernier Bosch en date, dès que j’ai mis les pieds dans ces infernaux magasins où je sors toujours plus lourd du poids des mots et plus léger du poids des sous. Et, malgré du boulot par dessus tête, je n’ai pu résister à liquider l’ouvrage en deux petites soirées. Avant de pousser un gros soupir. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Littérature, Polars | Tagué: , , , | 1 Comment »

Vilaine came: les colas « light »

Posted by Van Breukelen sur 23 mai 2008

J’aurais pu fonder un club des Cola-addicted dont on m’aurait élu président assez aisément (que je dis sans modestie). Le test des yeux fermés, je l’ai passé : je différencie sans problème Pepsi Light, Max, Coca normal, Coca Light, Virgin et plus si affinités… En 1982, l’entreprise d’Atlanta fait un énorme coup en sortant un breuvage qui a à peu près le goût du Coca normal – il faut un temps d’adaptation pour les habitués du classique – mais qui n’a pas de calories ni de sucre. Excusez-moi, mais sur le papier, c’est de la bombe. La consommation régulée du Coca normal par des parents justement soucieux du poids et des dents de leur progéniture se voit libérée. Désormais, plus rien n’empêche une consommation quotidienne si ce n’est la somme d’argent à mettre pour ce vice. J’y allais donc de mon litre et demi par jour. Minimum. Mais j’ai pu constater autour de moi et ailleurs que je n’étais pas le seul à être un drogué de la chose…

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Santé | Tagué: , | 5 Comments »

For a brave new world

Posted by patoudoux sur 21 mai 2008

Pour le maintien du multiculturalisme, pour le développement d’une Suisse ouverte et tolérante, pour le soutien des personnes qui luttent contre le racisme et toute forme de discrimination, pour tous les moutons de la planète (et les bergers qui en prennent soin), pour les loups, les ours et les castors, pour l’Euro 2008, pour le foot, pour la Suisse, le Portugal, la Croatie et tous les autres, pour notre démographie (et pour ne pas ressembler au Japon en 2055 ), pour la justice, pour une sociale démocratie, contre une ploutocratie dictatoriale et antisociale, pour la sauvegarde de notre dignité, pour un monde meilleur.

Pour toutes ces raisons, optez pour l’ouverture, votez, marquez votre différence et achetez un t-shirt.

Patoudoux

Posted in Politique suisse, Société | Tagué: , , | 2 Comments »

La censure, une sangsue sans solution

Posted by Van Breukelen sur 19 mai 2008

La campagne sur les naturalisations dites démocratiques – ah les infinies possibilités du langage – bat son plein. En gros, il s’agit d’autoriser légalement le délit de sale gueule, voire de sale nom et de déclarer que le citoyen lambda peut décréter le citoyen non-lambda voire un peu plus sur les bords indigne du passeport rouge à croix blanche. La campagne nauséeuse de l’UDC, dont a parlé le fureteur ici-même, renoue avec les affiches des années trente mettant en scène des mains coupables d’envie.

Du coup, une action de graffitage d’affiches a été organisée ainsi que des interdictions d’affichage décrétées par certaines communes. Sur le principe, on peut comprendre. On peut même estimer que l’affiche est limite par rapport à l’article de loi sur le racisme. Et donc proclamer qu’on a la loi pour soi. Oui, mais…

Maculer les affiches ou les interdire ne consiste pas seulement à protester. Cela consiste à ne pas contre-argumenter et à avouer sa peur de l’influence des affiches malodorantes. La censure, affirme Wikipédia, est la limitation arbitraire ou doctrinale de la liberté d’expression de chacun. Croire que l’on va résoudre les problèmes en vidant l’affiche de sa substance par des procédés de censure n’est rien d’autre qu’avouer que l’affiche dénoncée est persuasive et que l’on a pas d’autre moyen d’imposer sa propre vision du monde que d’interdire une vision adverse. Corollaire: censurer l’affiche consiste à de nouveau en parler. Merci pour la publicité gratuite doit se dire l’UDC qui a bien sûr communiqué sa colère par rapport à de tels actes, communiqué qui a bien sûr été repris par tous les médias et qui a donc fait connaître à certaines personnes les actions entreprises contre l’affichage public.

Censurer, avouer sa peur de l’efficacité de l’affiche, revient à considérer les citoyens comme des moutons. Ce que l’UDC a d’ores et déjà démontré par une affiche qui a assez fait parler d’elle. En voulant donner tort au parti populiste, on lui donne paradoxalement raison. Et on montre qu’on ne cesse de se faire écraser par le bulldozer communicationnel du Volks Partei.

Herman van Breukelen

Posted in Politique suisse | Tagué: , , | 2 Comments »

Scène(s) extraordinaire(s) du train-train quotidien

Posted by patoudoux sur 18 mai 2008

Ceci n\'est pas un train à deux étagesVoyager en transports publics vous offre souvent des scènes gratinées. J’en fus témoin il y a quelques jours. Récit.

Comme de nombreux homo sapiens pendulari, par un beau jour de printemps, je monte dans le train direct à deux étages Genève-Lausanne, prompt à m’assoupir dès les premiers bercements de la voiture. Mais mon sommeil est très vite perturbé par les hululements du contrôleur. Motif ? Cinq hurluberlus, au wagon-restaurant voisin, qui refusent de payer leur titre de transport. Ni une ni deux, notre vaillant chef de train se fait menaçant et en appelle à la police ferroviaire, prête à interpeller les malfrats à l’arrivée du train à Lausanne. «Des étudiants géorgiens avec un permis L», clame le contrôleur dans son téléphone portable.Jusque-là, rien de bien extraordinaire. Les resquilleurs, c’est monnaie courante. Quoiqu’on puisse se demander quel est l’intérêt de cinq étudiants géorgiens à ne pas payer leur billet, si ce n’est pour avoir des ennuis avec la police et risquer un renvoi.

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Insolite, Société | Tagué: , , | 1 Comment »

Avoir LA frite: retour de Bruxelles

Posted by Van Breukelen sur 16 mai 2008

Au risque de passer pour une véritable caricature de moi-même, je suis récemment revenu d’un voyage dans mon pays d’origine, ce plat pays qui est le mien et qui est secoué par une crise. Je ne veux pas parler de la crise politique avec un Flamand qui a un nom francophone et des francophones qui se disputent à propos d’un BHV qui est un vrai bazar que personne ne comprend. Non, je veux parler d’une crise plus grave encore car elle touche à l’identité même du pays. Celle de la frite. Le prix de celle-ci a pris l’ascenseur alors que la patate, elle, est restée au rez. Du coup, le ministère s’étrangle. Vincent Van Quickenborne, le ministre de l’Economie et de la Simplification administrative (sic), fait diligenter une enquête « afin d’expliquer la différence de prix entre les pommes de terre et les cornets de frites ». Une affaire nationale, on vous disait. Reportage. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Voyages | Tagué: , , | 2 Comments »

Dix années pour effleurer le génie. Critique de l’album « Third » de Portishead

Posted by dragon buté sur 12 mai 2008

Comme tout le monde, j’ai eu ma période trip-hop. Une musique planante, plutôt sombre. Construite sur le modèle du mille-feuilles, avec des pistes sonores qui se superposent. Des voix aussi, surtout féminines et surtout aériennes.

C’était à la fin de l’adolescence.  Je trouvais cette musique vraie et parfaitement en accord avec mes « états d’âme ». Mais on grandit, et on finit par trouver que le trip-hop manque un peu de corps, de larmes et de sang. C’est le passage à l’âge adulte, durant lequel, dur apprentissage, on se rend compte que notre nombril n’est plus si intéressant ni plus si différent de celui des autres.

Avec leur troisième album sobrement intitulé « Third », Portishead fait le même parcours. Certains estiment que le groupe, considéré comme l’un des fondateurs du trip-hop, a enterré le genre avec son dernier disque. Peut-être pas, mais ce n’est pas faute d’avoir essayé. 

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Musique | Tagué: , , , , | 3 Comments »