La culotte à l’envers

Regards sur notre monde

Archive for the ‘J'aime j'aime pas’ Category

J’aime j’aime pas (4): du bim bam bop aux voisins

Posted by blongo sur 19 septembre 2009

Le bim bam bop, déjà un régal pour les yeux.

Le bim bam bop, déjà un régal pour les yeux.

Commencée il y a quelques semaines, cette rubrique méritait bien une petite mise à jour, ou plutôt une quatrième version. Entre agacement convulsif et admiration béate, le quotidien regorge de ces moments contemplatifs.

J’aime le mois de septembre: quoi de plus savoureux que ce neuvième mois de l’année? C’est la période idéale pour prendre des vacances, car il n’y a plus de hordes de gens sur les routes et des wagons de benêts sur les terrasses des bistrots. C’est la période idéale pour vivre et non plus survivre comme en été. On perd 10 degrés et l’air redevient respirable. On peut faire trois pas sans se retrouver avec des auréoles sous les bras et on peut se balader à l’extérieur sans courir le risque de revenir avec l’impression d’être une écrevisse surcuite. Idéal, qu’on vous dit. Et puis c’est la période des feuilles brunissantes, des vendanges et de la chasse dans les restaurants. La belle vie de château sans les désagréments du plein été.

J’aime pas le petit chien-chien à sa mémère: ridicule, il n’y a pas d’autre mot pour qualifier ces bestioles de 13 centimètres de long pour 6 de large. Il y en a un dans mon immeuble. Le visuel est désastreux. Un noeud dans les cheveux et le poil lissé. On ne dirait même pas un vrai chien, mais plutôt un gros rat sans personnalité. Ou tout au plus un peu de hargne. Car c’est les plus petits roquets qui ont le plus envie de vous mordre un mollet. Du moins jusqu’à ce que sa mémère vous dise d’un ton doucereux que c’est rien, qu’il voulait juste jouer et que c’est pas si grave s’il repart avec une bouchée de votre mollet. Mais plus que le visuel, c’est le sonore qui tourne à la tragi-comédie. Le chien-chien parfait ne sait pas aboyer comme un vrai Médor des banlieues. C’est plus un éructement plaintif qui ne ressemble à rien. Aucune once d’autorité, aucune présence, aucun charisme. Rien. Et en plus le chien-chien aime plus que tout aboyer sans raison pendant une durée qui vous paraît longue et qui vous donne des envies de piétinement. Ou pardon, gentille mémère, c’est pas si grave si j’ai piétiné votre chien-chien au noeud-noeud…

Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in J'aime j'aime pas, Société | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’aime, j’aime pas (3) : spécial Québec

Posted by Van Breukelen sur 30 juillet 2009

vue-du-lac-des-sablesDe retour d’un voyage professionnel au Québec – enfin disons un peu professionnel -, j’ai pu visiter à toute vitesse la belle province en alignant pas moins de 1300 kilomètres en trois jours: Montréal, Québec-city, Les chutes de Montmorency, Les cantons de l’Est et le parc du Mont-Tremblant avec retour à Montréal tous les soirs: du costaud. Compte rendu subjectif.

J’aime les Québécois. Et pourtant, je suis fan des Belges, mais les Belges sont de sacrés déconneurs dans le privé et restent assez froids en public. Les Québécois, je ne sais pas pour le privé, pas vraiment eu le temps de développer de relations intimes, mais pour l’accueil, chapeau. Je n’ai jamais vu des gens aussi aimables, souriants et serviables dans leur boulot. Pas un qui faisait la gueule. J’ai passé des minutes entières avec des gars qui me disaient comment aller au mieux au point B sans oser leur dire que de toute manière j’avais un GPS dans la voiture. Et il est infiniment plus valorisant de s’entendre dire « c’est correct » plutôt que notre froid « d’accord »…

J’aime pas les autoroutes. J’ai adoré les routes défoncées par le gel, les chemins de terre et tout ce qui donnait un peu de relief à la conduite. Tandis que les autoroutes, pardon, mais autant s’injecter du Propofol. C’est limité à 100 petits km/heure, c’est droit, mais alors droit, et cela traverse, pour celle entre Montréal et Québec, des paysages sans intérêt, à peine si on voit le Saint-Laurent pourtant proche. Lire le reste de cette entrée »

Posted in J'aime j'aime pas, Voyages | Tagué: , , , , , , , , | 4 Comments »

J’aime j’aime pas (2): des orages d’été à la crème brûlée

Posted by blongo sur 18 juillet 2009

Badaboum!

Badaboum!

Quelques semaines après un premier regard sur le quotidien, ses petites douceurs et ses grands tracas, voici une deuxième version de J’aime j’aime pas. Toujours aussi subjectif, toujours sans prétention.

J’aime les orages d’été: rien de plus grisant à regarder du coin de son balcon. Surtout de nuit. Des éclairs toutes les dix secondes, des coups de tonnerre à faire trembler les éléphants, de la pluie à n’en plus finir. Le spectacle est toujours magnifique. On pense que cela ne s’arrêtera jamais, on entrevoit des peurs de fin du monde, on s’imagine dans un film d’horreur, on distingue des ombres inquiétantes au bas du mur d’en face. Le mieux, c’est quand la lumière est brutalement coupée après un nouveau coup de Trafalgar. La quête effrénée des bougies, la panique jubilatoire et les moments particuliers à la lumière chancelante de la flamme. Mais il me semble que c’est de plus en plus rare; les fils électriques seraient-il devenus plus vigoureux?

J’aime pas les orages d’été: faut pas déconner, ça fait quand même un petit peur cette histoire d’orages. Surtout de nuit. On tremble à chaque coup de tonnerre, on enrage de ne pas pouvoir dormir, on grogne de voir tomber de la grêle sur sa voiture. Et on est mouillé, désespérément mouillé. Et cela sans parler des éboulements, des caves inondées et des trains en carafe. Orages au désespoir…

Lire le reste de cette entrée »

Posted in J'aime j'aime pas, Société | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

J’aime j’aime pas: des vieilles aux Liaisons Dangereuses

Posted by blongo sur 1 juillet 2009

Quoi de plus ridicule?

Quoi de plus ridicule?

En sortant dans la rue, en paressant sur une terrasse, en faisant ses courses. A chaque recoin de la journée, il est de ces petits moments particuliers qui se présentent devant soi. Des instants que l’on savoure ou qui nous révulsent. Des instants qui ne signifient rien ou qui disent tout. Des gens que l’on regarde en souriant, d’autres qui dégagent du mépris. J’aime j’aime pas. En toute subjectivité et sans portée philosophique, cette nouvelle rubrique de la culotte vise à narrer ces moments ou ces impressions personnels. Différents pour chacun, mais parfois si semblables.

J’aime pas les pigeons: non mais qui a eu l’idée d’inventer ces bestioles inutiles? A-t-on déjà entendu un bruit d’oiseau aussi ridicule et agaçant? Surtout quand il est proféré de manière totalement vile à 6h du matin devant ta fenêtre. A-t-on déjà vu une démarche aussi ridicule, avec ce balancement de tête d’avant en arrière, sans stabilité ni élégance? A-t-on déjà vu une volaille de cette taille concevoir autant de déjections et prendre un malin plaisir à les déposer sur des balcons qui n’ont rien demandé. Et ils ne sont même pas beaux…

Lire le reste de cette entrée »

Posted in J'aime j'aime pas, Société | Tagué: , , , , , , , , , | 1 Comment »